06/01/2014

Une conférence pour mieux comprendre l’art des productions « primitives » ou « premières » et l’art occidental ?

Suite à la conférence donnée le 29/11/2013 par Mr Kadri AGAH, quelques idées à retenir :

Pour les sociétés « primitives » qui ont chacune leur gamme d’expression propre, c’est d’abord la dimension symbolique, spirituelle qui est importante. Les pièces sculptées sont le support de forces vitales, les mythes sont au fondement de l’art. L’expression est inspirée par le monde sensible. L’artiste est, dans ce cas, un artisan qui transmet l’art sacré, la qualité esthétique n’est pas recherchée comme ce fut plus volontiers le cas pour l’art occidental.

 

Pour ces cultures « premières », la représentation sera spécifique, liée à son inconscient, mais aussi à la vie du groupe. L’art sera associé à des cérémonies chantées, dansées qui détermineront tout le fonctionnement sociétal.

On peut penser que l’art,  en tant qu’acte de création, leur permet de dépasser la position passive, de vulnérabilité, face à la nature, et ainsi de mieux affronter l’angoisse existentielle.

 

Exemple_Kadri_R.jpg

Statue de la déesse N'djamdounké, sa représentation a une vocation messianique: elle annonce le roi prodigue qui assurera à son peuple (les Bamoun, du Cameroun) paix et prospérité.


Dans l’art occidental, l’expression de la perception de l’artiste se retrouve franchement chez les peintres impressionnistes et, plus tard, chez les peintres modernes, en observant même un découpage des perceptions (chez les cubistes par exemple).

 

Les expressionnistes eux ont l’ambition d’éveiller les consciences par les formes, les couleurs (la couleur chez Mondrian ou Soulages suscite l’introspection).

 

Au fil des périodes, on retiendra différentes dimensions, magiques dans les peintures rupestres, religieuses pour les temples les églises et les icônes, civiques pour les monuments civils par exemple.

 

En conclusion nous retiendrons que l’art, à la fois conception et révélation, sera toujours un message qui peut parler à tous.

IMGP5629_R.jpg

 

A l’issue de la conférence, un échange fructueux a eu lieu entre l’auditoire et le conférencier, Mr Kadri AGHA , échange qui s’est poursuivi, pour certains, pendant le vin d’honneur.

 

 

Les commentaires sont fermés.