01/02/2014

Une invitation de l'AEC Rene NELLI pour le 15 février 2014 :

Une découverte archéologique présentée pour la première fois au public : les vestiges du « Mur » ou prison de l’Inquisition de Carcassonne révélés par l’archéologie.

 

Vestiges de l'enceinte de la prison de l'inquisition de Carcassonne. Photo Dominique Baudreu.

Vestiges de l’enceinte de la prison de l’inquisition de Carcassonne. Photo Dominique Baudreu.

 

Une découverte archéologique exceptionnelle présentée pour la première fois au public :
les vestiges du « Mur » ou prison de l’Inquisition de Carcassonne révélés par l’archéologie.

 

Une conférence de Dominique Baudreu et Fabienne Calvayrac, proposée par la Société d’Etudes Scientifiques de l’Aude à Carcassonne le samedi 15 février à 14 h 30, Auditorium de la chapelle des Jésuites, rue des Etudes. Entrée libre.

 

Présentation de la conférence:

 

La redécouverte du « Mur » ou prison de l’Inquisition à Carcassonne.
Les apports inédits de l’archéologie.
Dominique Baudreu (CAML), Fabienne Calvayrac (CAML)

 

Bien qu’évoquée par de nombreux auteurs, la prison inquisitoriale de Carcassonne, appelée aussi le « Mur » dès la seconde moitié du XIIIe siècle, est longtemps restée à l’écart de toute recherche spécifique.

 

Lieu d’incarcération de nombreux hérétiques (parmi lesquels le dernier Bon Homme connu, Bélibaste, qui s’en est évadé) ou de leurs partisans, le Mur de Carcassonne, institution à la fois crainte et dénoncée par les habitants du Midi, demeura longtemps le symbole de l’action répressive menée par les inquisiteurs à l’encontre de ceux qui remettaient en cause l’autorité de la papauté romaine. Grande figure de cette contestation au début du XIVe siècle, le franciscain Bernard Délicieux y fut enfermé après son procès, en décembre 1319, et y mourut quelques mois plus tard, vers la Pâques de l’année suivante. Abandonnée à une période encore incertaine entre le XVe et le XVIe siècle, le souvenir de la prison inquisitoriale s’estompa sans pour autant disparaître totalement.

 

Malgré une localisation suggérée dès le XVIIIe siècle dans les abords sud-ouest de la Cité, Viollet-le-Duc en personne n’a pas su interpréter les vestiges, pourtant bien visibles, de l’ancienne prison. A la fin du XIXe siècle, à la faveur de la redécouverte des événements de la Croisade albigeoise, le lieu devient porteur d’une charge symbolique particulière. Dans le célèbre tableau de Jean-Paul Laurens, La délivrance des emmurés de Carcassonne (1879), Bernard Délicieux, chef de file de la révolte contre l’Inquisition, est mis en scène devant la porte principale de la prison.

 

La délivrance des emmurés de Carcassonne. Jean-Paul Laurens, 1879.

La délivrance des emmurés de Carcassonne. Jean-Paul Laurens, 1879.

 

Identifiée au début du XXe siècle, l’emprise du Mur n’a pas pour autant réellement attiré la curiosité des chercheurs. Mais depuis 2009, des reconnaissances de terrain confrontées aux données historiques, nous permettent de mieux cerner les limites de la prison et d’en caractériser les vestiges. En 2012, Dominique Baudreu et Fabienne Calvayrac, adhérents tous les deux au Centre d’Archéologie Médiévale du Languedoc (CAML), ont réalisé un sondage archéologique afin de dégager jusqu’au seuil ce qui fut probablement la porte principale du Mur. 

 

Les premiers résultats de cette étude globale sur l’ancienne prison des inquisiteurs et les photos de la porte seront présentés publiquement, de manière inédite, le samedi 15 février à Carcassonne, à 14 h 30, à l’auditorium de la chapelle des Jésuites, rue des Etudes, au cours de la séance mensuelle de la Société d’Etudes Scientifiques de l’Aude.

17/12/2013

De l’Eglise au Château, en préparant Noël…

C’est une très conviviale animation pour préparer NOEL que l’Association  des Commerçants  et  l’ARESP ont proposée aux habitants et aux visiteurs du village de Puèg Serguier pour cette belle journée de fête.

Un beau temps exceptionnel a permis à un très large public de visiter les échoppes dressées  dans le centre ancien, rue de la République, Place de l’Eglise et au Château Médiéval. 

 

place église_R.jpg

La décoration de la rue de la République relevait du jamais vu ….

déco rep_R.jpg 

La troupe médiévale accompagnait le tambour et le crieur de rue. Ils invitaient les visiteurs à découvrir les échoppes dressées pour la circonstance dans le Cœur du village.

 rue république_R.jpg

Sur la place de l’église des idées de cadeaux étaient proposées mais aussi  des animations pour les enfants et les plus grands….maquillage et ballons gonflables étaient de la partie avec le clown Dino !

 

Clown_R.jpg

 

maquillage_R.jpg

Dans l’Eglise, la Crèche de Noël et ses superbes santons était proposée à l’attention de tous :

Crêche_R.jpg

 

Les radioamateurs avait dressé une tente et une très haute antenne pour communiquer avec l’Europe entière ! Le score à atteindre était plus de 100 contacts, indispensables pour la validation de l’épreuve : objectif atteint !

 

radio am_R.jpg

 

                               BRAVO A L’EQUIPE DE :  F6KEH !


Au pied du Donjon le Souffleur Fileur de verre  réalisait les objets à la demande des clients :

souffleur_R.jpg

 

A l’heure de l’apéritif et toute la journée le savoureux « Vin Chaud » était offert aux visiteurs .

Les bénévoles, animateurs  de la journée, ont partagé un repas convivial bien mérité dans la belle salle voutée !

repas_R.jpg

L'association des commerçants de Puisserguier avait organisé une tombola richement dotée......elle fit de nombreux heureux... 

tombola_R.jpg



       GRAND MERCI :

                                           AUX VISITEURS

                                      AUX COMMERCANTS

                     AUX BENEVOLES QUI,  PAR LEUR TRAVAIL,

       ONT PERMIS LA REALISATION DE CETTE MANIFESTATION

27/11/2013

A PUISSERGUIER, Maison du Peuple, une conférence originale sur l'ART:

 

Vendredi 29 Novembre 2013

 

kadri_11_13.jpg